22 Mai 2019 / Article

Africa CEOs Survey 2019 : « 81% des patrons jugent l’impact de la ZLEC positivement »

L’AFRICA CEO FORUM et le cabinet Deloitte ont publié une enquête qui vise à mieux connaître le secteur privé africain. Plus de 120 patrons provenant de tout le continent ont été interrogés pour cela.

Selon l’Africa CEOs Survey 2019, le niveau de confiance des patrons dans le dynamisme de l’économie du continent est élevé (73% des dirigeants sondés). Un niveau soutenu aussi bien par la création de la Zone de libre-échange continentale (ZLECA, 81% des patrons interrogés voient cela d’un bon œil, bien que les décideurs souhaiteraient plus de clarté à ce sujet), que par la capacité des dirigeants à établir des stratégies claires et à leur volonté d’étendre leurs activités au-delà de leurs frontières.

 

 

Signe de cet optimisme, un tiers des personnes interrogées envisagent d’ouvrir le capital de leur entreprise. Ils sont même 43% à songer le faire avec une entité étrangère ou un fonds d’investissement.

 

Les P-dg interrogés relèvent toutefois plusieurs obstacles au développement de leurs affaires, mais aucun qui ne semble pouvoir trouver une solution. Parmi ceux-ci, le climat des affaires figure en première position (31%), suivi des difficultés en matière de recrutement (17%).

Financement et recrutement

La difficulté de financement de la croissance figure aussi parmi les enjeux cités (16%). L’enquête révèle que 53% des patrons de PME-PMI, vitales pour le continent par leur nombre, comptent sur leurs propres ressources pour se développer, seulement un quart parvenant à décrocher des crédits bancaires. Il existe pourtant quelques signes positifs d’amélioration : 19% des CEO ont un sentiment positif à ce sujet, peut-être lié aux services compétitifs, attractifs et innovants développés désormais par un nombre croissant de banques panafricaines.

Un quart parvienne à décrocher des crédits bancaires

Côté formation, les systèmes scolaires, bien qu’en amélioration, sont jugés toujours déconnectés des besoins des entreprises. Si les CEO semblent en mesure de dénicher leur top management, ils regrettent l’étroitesse du marché des cadres intermédiaires. Dans ce contexte, le rôle des directions des ressources humaines est primordial, notamment dans le renouvellement et le développement des employés, y compris des futurs dirigeants.

Flexibilité et diversification

Pour limiter les risques, les patrons interrogés préconisent au final flexibilité et diversification, afin de faire face aussi bien à l’incertitude de l’environnement des affaires qu’à la faiblesse des tailles des marchés (12% le voient comme un obstacle) et à la dépendance à un seul segment. Mais paradoxalement, les révolutions numériques ne sont pas encore prises en compte à leur juste mesure : si 50% des sondés ont intégré les applications mobiles dans leurs activités quotidiennes, seuls 10% ont exploré les innovations liées à l’intelligence artificielle. Au final, plus d’investissements sont nécessaires pour accélérer le mouvement dans le domaine et ne pas être dépassé.

 

Côte d’Ivoire, pays d’investissement prioritaire pour les grands patrons africains

Téléchargez l’ensemble du rapport ici.

A consulter aussi

04 Juil 2018 / Article

Exclusif : les 50 femmes d’affaires les plus influentes du continent

09 Avr 2019 / Rapport

Présentation d’expert : Marché unique – le monde des affaires peut-il y croire ?

12 Juin 2018 / Article

Comment déployer le solaire à grande échelle ?