26 Juin 2023 / Article

En Afrique, la fabrique d’une industrie numérique verte

Tonny BAO, Vice-Président Huawei

Les pays industrialisés de ce monde s’interrogent aujourd’hui pour repenser leur modèle de croissance à l’aune de l’urgence climatique qui se dresse face à nous. L’Afrique détient ici un atout majeur. Sa force réside dans sa capacité à adopter des solutions de pointe pour progresser dans son processus d’industrialisation tout en intégrant les exigences climatiques et environnementales qui s’imposent. Plutôt que d’entamer des grands chantiers de modernisation des infrastructures obsolètes, les pays africains peuvent intégrer directement des technologies avancées, améliorant ainsi leur compétitivité et leur productivité. L’Afrique a la possibilité de concevoir dès le départ des systèmes de production intelligents, connectés et durables, en tirant parti des expériences des pays industrialisés.

La quatrième révolution industrielle offre ainsi une opportunité inestimable à l’Afrique pour accélérer ses objectifs en matière d’industrialisation. Grâce aux avancées de l’Internet des Objets, de l’intelligence artificielle, de l’automatisation et de la robotique, l’Afrique a la possibilité de développer des industries innovantes, efficaces et adaptées aux besoins actuels, tout en contribuant à la réalisation des objectifs climatiques internationaux qui questionnent aujourd’hui les modèles de développement occidentaux, étant principalement basés sur des sources d’énergie fossiles telles que le charbon et le pétrole. Le potentiel de l’Afrique en matière de production d’énergie de sources renouvelable est immense. Couplé aux solutions innovantes utilisant des technologies de pointe telle que l’intelligence artificielle, c’est toute une chaine de valeur qui bénéficie d’une meilleure efficacité, tout en réduisant significativement les émissions de carbone. Les gains de productivité et d’efficience à chaque étape de la chaîne de valeur ont des répercussions positives considérables sur les économies entières de pays Africains. Les besoins en matière d’industrialisation et de croissance économique sont tout autant une priorité pour le continent qui doit être couplée avec les politiques de protection de l’environnement. Dans ce chemin vers une économie dynamique et durable, j’y vois 4 leviers majeurs : l’amélioration de l’efficacité énergétique, l’accroissement de la part d’énergies renouvelables dans la production d’électricité, le développement des industries vertes et à faible émission carbone ainsi qu’un consensus pour ouvrir une nouvelle voie de développement.

Aujourd’hui de nombreuses solutions et alternatives existent pour relever ce défi. L’installation de smart-grid pour la gestion et la distribution d’énergie en est un exemple pour favoriser la décarbonation des sites de réseau. Huawei a développé la solution Advanced Hybrid Power – qui intègre ainsi un système solaire hybride équipé, un système de stockage géré exclusivement par l’intelligence artificielle permettant d’adapter la distribution à la demande du tour de réseau. Un autre exemple que je souhaite souligner ici se trouve en Égypte. Avec notre partenaire Telecom Egypt, nous avons déployé une solution inédite en Afrique – la première tour de réseau écologique, qui utilise l’énergie solaire pour le fonctionnement du réseau électrique principal. C’est un progrès considérable vers la décarbonation des industries télécoms et nous sommes particulièrement fiers d’y contribuer en tant qu’acteur de premier plan sur le continent.

Lors du panel « Libérer le numérique pour une Afrique durable et inclusive » organisé par Huawei à l’occasion de l’Africa CEO Forum le 5 juin dernier, Son Excellence Monsieur Amadou COULIBALY, Ministre de la Communication et de l’Économie Numérique et Porte-Parole du Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, a souligné avec justesse que si « le charbon est l’énergie qui a accéléré la révolution industrielle en Europe au siècle dernier, le numérique est aujourd’hui l’énergie qui propulse l’Afrique vers sa révolution industrielle« . La numérisation et l’adoption des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) permettront à l’Afrique de concevoir un modèle de développement industriel novateur, respectueux de l’environnement et adapté aux réalités du 21e siècle. Un modèle de développement « made in Africa for Africa« .

Il sera par ailleurs impératif de développer les compétences requises pour affronter les défis de l’émergence numérique en Afrique. Une réforme de l’éducation est nécessaire pour former les ingénieurs et les entrepreneurs indispensables à cette nouvelle industrie numérique. De nombreux pays du continent investissent déjà dans le développement de programmes universitaires entièrement axés sur le numérique. La technologie éducative (EdTech) joue également un rôle crucial à cet égard, et Huawei s’engage aux côtés des innovateurs de demain pour stimuler l’innovation en matière d’éducation sur le continent.

Pour réussir, États, entreprises et investisseurs doivent agir ensemble. Huawei réaffirme son engagement envers toutes les parties prenantes pour accompagner cette transition numérique. En tant que partenaire, Huawei s’engage à construire des infrastructures et proposer des services numériques en faveur d’un égal accès à la connectivité dans toutes les régions du monde, y compris aux côtés des États africains.

Les partenaires d’une Afrique numérique doivent poursuivre leur engagement avec audace et détermination dans cette voie pour permettre la naissance de cette nouvelle ère industrielle, générant ainsi rapidement de nouveaux secteurs d’emploi et une économie durable à travers le numérique.

Retour

A consulter aussi

15 Juin 2022 / Article

Infrastructures : Le secteur privé doit s’impliquer en devises locales

20 Juin 2022 / Article

Comment libérer le potentiel de l’industrie pharmaceutique africaine ?

21 Déc 2022 / Article

Aller au-delà de la prise de conscience et passer à l'action