21 Sep 2020 / Rapport

Africa CEOs Survey 2020 : « 60% des chefs d’entreprises tablent sur une reprise rapide »

Pour la deuxième année consécutive, l’AFRICA CEO FORUM et le cabinet Deloitte publient leur baromètre des CEOs Africains. Menée dans un contexte exceptionnel lié à crise sanitaire, cette enquête auprès de plus de 150 patrons nous offre des éléments inédits sur l’état d’esprit, la situation et les perspectives du secteur privé africain.

Sans surprise, la crise du Covid a eu en Afrique des conséquences négatives sans distinctions sectorielle ou géographique. Pour preuve, 95% des CEOs africains que nous avons interrogés ont observé un impact négatif sur leurs activités. 

Cependant, cette statistique recouvre de grandes différences en termes d’ampleur selon les secteurs. Ainsi, les secteurs du Consumer, Financial services et Energie, qui étaient les plus optimistes avant la crise, sont désormais ceux qui entrevoient l’avenir avec le plus d’inquiétudes.  A contrario, les acteurs de l’Agro-industrie, de la Santé et de l’Education sont ceux dont le moral a été le moins affecté. 

Tout secteur confondu toutefois, l’esprit de résilience est frappant : 80% des répondants à notre enquête affichent un niveau de confiance élevé sur les perspectives du continent à long terme, alors qu’ils n’étaient que 73% l’an passé. En témoigne le fait qu’ils sont majoritairement convaincus (60%) que 2021 leur offrira « un retour à la normale » en termes d’activité. 

Ils se réjouissent également des développements en cours et à venir en matière d’accroissement de la production locale mais surtout de digitalisation – pour laquelle ils s’attendent à un fort soutien des pouvoirs publics.

Mais c’est aussi l’espoir d’un approfondissement de l’intégration économique du continent qui leur donne cette foi. Ils partagent ainsi tous le même enthousiasme envers le projet de marché unique africain (ZLECA), considéré comme un levier important d’accélération de la croissance. Loin d’en laisser l’entière responsabilité aux pouvoirs publics, ils ont conscience que le succès ou l’échec de cette entreprise leur incombe également. Un volontarisme qui n’empêche pas les CEOs interrogés d’afficher un certain scepticisme quant à la faisabilité à court terme d’un lancement effectif de la ZLECA.

Parallèlement, les CEOs interrogés identifient comme l’an passé le climat des affaires et l’état des infrastructures comme les principaux freins à l’accélération de leur stratégie.

La relation avec les autorités reste un point de contentieux et les patrons africains attendent toujours plus et mieux de leur Etat. S’ils reconnaissent que la crise sanitaire Covid-19 aura été un facteur d’accélération des partenariats entre acteurs privés et publiques, et que ces derniers, face à l’urgence, ont rapidement su s’adapter et lever certaines lourdeurs administratives, 93% des répondants estiment cependant que les recommandations du secteur privé demeurent insuffisamment prises en compte par les pouvoirs publics.

A consulter aussi

05 Avr 2018 / Rapport

Présentation d'expert: infrastructures, comment combler le retard ?

22 Mai 2019 / Article

Africa CEOs Survey 2019 : « 81% des patrons jugent l'impact de la ZLEC positivement »

09 Avr 2019 / Rapport

Présentation d’expert : Agrobusiness - les marchés régionaux moteur de compétitivité ?