20 Juin 2022 / Article

COP27 : "Pas de place pour les promesses inutiles

Mahmoud Mohieldin, le Champion de haut niveau des Nations Unies sur le changement climatique pour la COP27 en Égypte a tenu un discours exceptionnel lors de l’AFRICA CEO FORUM 2022.

Quand bien même elle n’émet qu’une infime partie des gaz à effet de serre, l’Afrique est la grande victime de l’impact du changement climatique. Malheureusement, ce phénomène pourrait anéantir la plupart des progrès déjà réalisés en matière de développement sur le continent.

Les Africains qui avaient fondé leurs espoirs dans les différentes Cop qui se sont succédé, en vue de faire face à ces vulnérabilités, ont été malheureusement déçus. Il s’agit aujourd’hui, pour eux, de ne pas laisser passer cette autre chance qu’offre la Cop 27 qui se tiendra en novembre 2022 à Sharm El-Sheikh, en Egypte, pour faire entendre leur voix.

La 8e édition du Africa Ceo Forum qui s’est tenu les 13 et 14 juin 2022, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, dans la commune de Cocody, a abordé ces questions lors du kynote animé par Dr Mahmoud Mohieldin, Champion de Haut niveau de l’Onu pour le changement climatique, UNFCC.

Autour du panel intitulé : « Cop 27 : Quels enjeux pour le secteur privé africain ? », le Dr Mohieldin a souligné qu’il était temps que la Cop adopte « une approche holistique » pour élaborer une réponse pertinente aux préoccupations environnementales plus larges. Si les Cop précédentes n’ont pas produit les résultats escomptés, c’est d’abord le fait que certaines promesses n’ont pas été traduites en actions concrètes.

Pour donner toutes les chances de succès à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique 2022 (Cop 27), qui se tiendra en novembre en Egypte, l’économiste chevronné et ancien ministre égyptien de l’Investissement a indiqué qu’il n’y aura pas de place pour les « promesses inutiles », lors de cette Cop.

Mobiliser des ressources sans endetter davantage l’Afrique

La mobilisation des ressources en vue d’adresser les questions liées au changement climatique constitue le cœur des objectifs lors des différentes Cop. Pour rappel, le Pacte de Glasgow pour le climat, signé à la Cop 26 par près de 200 pays, et qui devrait accélérer le rythme des actions en faveur du climat n’a pas tenu ses promesses.

A travers ce pacte, les Nation unies avaient réaffirmé leur devoir de tenir la promesse de fournir 100 milliards de dollars par an des pays développés aux pays en développement. Elles ont collectivement convenu de travailler à réduire l’écart entre les plans de réduction des émissions existants et ce qui est nécessaire pour réduire les émissions, afin que l’augmentation de la température moyenne mondiale puisse être limitée à 1,5degré Celsius.

Concernant la question du financement, le Champion de Haut niveau de l’Onu est donc « favorable à des financements de long terme destinés au climat, mais qui n’endettent pas davantage l’Afrique ».

Dr Mahmoud Mohieldin est catégorique sur le fait que « les 100 milliards de dollars recherchés peuvent être multipliés par 2 voire 3, sans toutefois permettre de financer l’Agenda concernant le climat ». Pour pallier aux problèmes de financements, il propose de « rechercher des partenariats qui ne doivent pas être uniquement focalisé sur le secteur de l’assurance ».

La Cop 27, une autre chance pour l’Afrique

La Cop 27 représente « une occasion unique pour l’Afrique de mener la conversation sur le climat et de proposer de meilleurs accords climatiques pour le continent. Elle doit rassembler toutes les preuves de sa vulnérabilité, afin d’établir quelle seront les adaptations nécessaires. »

Il est donc mieux pour l’Afrique de faire parti du mouvement en lien avec la Cop 27 que de rester dans son coin. L’Afrique doit planifier son agenda qui tient compte de l’exigence climatique et des questions de développement.

En définitive, « l’Afrique doit prendre possession de son agenda thématique en vue d’une participation active à la Cop27 » qui doit, par ailleurs, lui permettre d’approcher vers la résilience.

Irène BATH

A consulter aussi

30 Août 2022 / Rapport

« La Finance climat : catalyseur potentiel de la croissance Africaine »

26 Mar 2021 / Article

Relance économique : les acteurs de la finance africaine appelés à un effort commun

10 Nov 2020 / Article

Première “licorne” francophone : la quête ne doit pas tourner à l’obsession