21 Déc 2022 / Article

Aller au-delà de la prise de conscience et passer à l'action

ODD, ESG, RSE, responsabilité environnementale, égalité des sexes… La réputation d’une entreprise ne repose plus uniquement sur la qualité de ses produits ou services, mais aussi sur sa détermination à opérer de profonds changements structurels pour répondre à des questions cruciales et, en particulier, à la diversité des genres. Women Working for Change (WFC) a entrepris d’orienter et de stimuler la diversité des genres dans le secteur privé en Afrique, en proposant des objectifs ambitieux mais réalistes et des directives sur la manière de les atteindre. Et c’est faisable. La preuve en est donnée par des entreprises comme Diageo.  

 

Fondé à l’origine en 2015 lors de l’AFRICA CEO FORUM dans le but de développer le leadership des femmes et de renforcer la représentation des femmes dans le secteur privéWomen Working for Change – WFC est devenu un puissant groupe de défense d’intérêts, un réseau et une plateforme multinationale composée de plus de 1 000 femmes PDG, membres de conseils d’administration et directrices du secteur privé africain. Ce sont ces femmes qui œuvrent en faveur d’un monde des affaires africain plus juste, plus fort et plus compétitif, grâce à un leadership transformateur égalitaire, qui fera en sorte que 50 % des membres des conseils d’administration, des PDG, des membres des comités de gestion, des dirigeants des 500 plus grandes entreprises africaines et de la main-d’œuvre soient des femmes – avec un salaire égal à celui des hommes !

 

Cependant, il ne suffit pas de dire aux entreprises que les investisseurs les évalueront en fonction de leurs politiques d’égalité des sexes ou que la diversité des genres peut avoir un impact positif sur leur résultat net si elles ne savent pas comment s’y prendre ni par où commencer. Le WFC Gender Diversity Charter (charte de la diversité des genres du WFC), élaboré conjointement en mars 2019 par des femmes chefs d’entreprise africaines de haut niveau, est conçu pour réunir les PDG autour de la problématique de l’égalité des sexes, en proposant un cadre basé sur quatre piliers clés sur lesquels les entreprises peuvent bâtir leurs propres politiques de diversité du genre évaluables à savoir : le recrutement diversifié en fonction du genre, l’égalité des salaires, la diversité genres dans la gestion et les comités de direction, et l’équilibre entre les sexes dans les conseils d’administration. Les progrès réalisés par les signataires de la charte seront suivis et évalués chaque année par Deloitte et les résultats seront utilisés pour créer un baromètre du genre.

 

Si le WFC élabore des directives et évalue les résultats, Diageo est l’une des entreprises qui donne le ton. Reconnu pour son engagement en faveur de l’inclusion et de la diversité, le Equileap 2019 Global Gender Equality Report (rapport mondial sur l’égalité des sexes de 2019 d’Equileap) a classé Diageo au premier rang mondial en matière d’égalité des sexes. Avec 60 % de femmes dans son conseil d’administration et 40 % ans son comité exécutif, Diageo est l’une des principales entreprises du FTSE 100 en ce qui concerne le nombre de femmes aux niveaux les plus élevés.

 

Selon Greg Martin, Directeur exécutif de Diageo Africa Partner and Emerging Markets, la diversité est un impératif pour tous les lieux de travail. Lorsque des personnes issues d’horizons divers et ayant des expériences différentes se réunissent au sein d’une équipe, elles peuvent trouver des idées novatrices qui permettront à toute organisation de vivre et de prospérer. Apporter plus de diversité et de prospérité à long terme à l’entreprise, puis à la société dans laquelle nous opérons, exige de l’ambition et de l’action. C’est la raison pour laquelle nous avons fixé des objectifs audacieux dans le cadre de notre plan d’action « Society 2030: Spirit of Progress ». Il est important, pour mieux servir vos clients, de cultiver la diversité des genres sur le lieu de travail.

 

Lors de la 2e édition de la WFC Gender Champions Meeting (rencontre des promoteurs de l’égalité des sexes du WFC), qui s’est tenue virtuellement cette année, des experts de haut niveau ont discuté des questions relatives à la diversité des genres en tant que véritable priorité commerciale. La préparation du terrain implique de s’attaquer aux préjugés inconscients, de déconstruire les stéréotypes et d’aider les femmes à surmonter le syndrome de l’imposteur, qui sont autant d’obstacles à la réalisation de leur plein potentiel. Il ressort clairement l’importance du mentorat, du coaching, du parrainage et de la solidarité des femmes occupant des postes de direction. L’autre point important à retenir est que le changement doit venir d’en haut. Les responsables des RH et les dirigeants doivent identifier les points sensibles de l’équilibre entre les sexes et concevoir un plan d’action avec des indicateurs clés de performance et des critères de mesure clairs pour embaucher et retenir des femmes talentueuses, mettre en place des politiques qui tiennent compte des normes sociales et culturelles et étendre la diversité des genres au-delà de la structure de l’entreprise dans tout son écosystème.

 

La diversité des genres constitue depuis longtemps une véritable priorité commerciale pour Diageo, qui adhère aux recommandations du FTSE Women Leaders Review, en adoptant des politiques permettant aux femmes de s’épanouir dans leur carrière, comme les congés familiaux et les horaires de travail flexibles, et en créant le réseau Spirited Women pour encourager, retenir et favoriser le développement des employées. Cette culture de la diversité se propage dans toute l’entreprise, jusqu’à la chaîne d’approvisionnement, et son engagement ferme à effectuer 10 % de ses achats auprès de fournisseurs faisant preuve de diversité d’ici 2025 et 15 % d’ici 2030. Ses campagnes de marketing et les événements « Women Only » du Diageo Bar Academy donnent une image positive des femmes dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration et contribuent à faire tomber les tabous et les préjugés.

 

La réalisation de la diversité des genres aura un impact au niveau macroéconomique. Des études montrent qu’un meilleur équilibre entre les sexes pourrait permettre de faire progresser le PIB de l’Afrique de 10 % d’ici 2025. L’impact se fera également sentir au niveau microéconomique, dans les familles et dans la société en général. C’est la raison pour laquelle le WFC estime qu’il est crucial d’évaluer les progrès réalisés sur la base d’indicateurs axés sur les quatre principes clés de sa Charte de la diversité des genres. Le suivi et la production de rapports volontaires par les entreprises permettront d’obtenir des données, de garantir la transparence et la responsabilité et serviront de base au Baromètre de la diversité des genres du WFC ainsi qu’aux sections consacrées à l’égalité des genres dans leurs propres rapports annuels, ce qui permettra de justifier les actions et les politiques et de faire passer les entreprises de la fausse propagande en matière de genre à des lieux de travail véritablement diversifiés sur le plan du genre. C’est ce qui permettra aux entreprises d’aller au-delà de la prise de conscience et de passer à l’action !

Retour

A consulter aussi

11 Oct 2023 /

L’AFRICA CEO FORUM a organisé en partenariat avec Ecobank l’évènement digital « Invest In Côte d’Ivoire – Economie Numérique »

21 Juin 2022 / Communique

Hassanein Hiridjee, Chari, Afreximbank, Orange, DPI : Les AFRICA CEO FORUM AWARDS 2022 ont récompensé les champions de la croissance africaine

04 Jan 2022 / Article

Agribusiness : une meilleure compétitivité passe par de meilleurs financements